21 janvier 2007

C'est dimanche, quartier libre

4h du matin Le taxi nous attend pour aller à l'aéroport de Calcutta,les rues sont désertes. Aujourd'hui pas de rendez-vous nous repartons plein sud pour Tiruchirapalli ou Trichy via Chennia (Madras).
Le prelier vol est assuré, sans souci, par Spice Jet.
Le second par Air Deccan, une low coast, et ça déconne! Air Deccan Simply(don't)Fly! Deux heures de retard. Deux heures à attendre dans l'aérogare c'est lpong. C'est dimanche, journée libre et je dois poireauter deux heures. Je fulmine.
Que faire? Prendre patience sans la perdre et tenter quelques photos à la dérobée.
Arrivé à Trichy, nous restons bloqué vingt minutes en attente d'une place sur un tarmac totalement vide! Parfois on a envie de cier.

Temple Srirangam Trichy

Temple Srirangam de Trichy vu du ciel - Nikon S4

 

Il est finalement 13h quand nous arrivons à l'hôtel Sangam. Le plus beau de la ville. Il est très beau et a un je-ne-sais-quoi de plus typiquement indien que les précédents. Je m'y sens immédiatement bien

Brunch indien rapide au restaurant de l'hôtel et il est bien temps d'aller voir le temple et le fort de la ville taillé dans un rocher de 90m de hauteur. Au somment on y trouve le temple Tayumanaavami coiffé d'un vimana doré accessible par un escalier de 437 marches à monter pieds nus!

Il est 15h30 et je suis enfin libre dans la rue. Douze heures après m'être levé!

Je commence par une promenade autour du temple Srirangam pendant que mes collègues le visitent. En Inde les alentours d'un temple sont un immense bazar, un entassement de boutiques aux allures moyennageuses. On y trouve tous les métiers immaginables comme le repasseur ou la fileuse de fleurs.

Temple Srirangam Trichy

Une entrée du temple Srirangam de Trichy - Nikon D2x

Temple Srirangam Trichy

Marchande des quatre saisons - Nikon D2x

J'ai hésité à prendre cette photo, mais les modèles, eux, n'ont pas hésité à me le demander.

Temple Srirangam Trichy

Photo!Photo! En famille - Nikon D2x

A l'intérieur d'un gopuram il y a une petite échope. Je regarde discrétement, je passe mon chemin. Un "hello" me fait faire marche arrière. Lui aussi voulait être pris en photo. Super

Temple Srirangam Trichy

Le repriseur voulait être photographié - Nikon D2x

Temple Srirangam Trichy

Refection de la rue - Nikon D2x

Temple Srirangam Trichy

Shopping - Nikon D2x

J'ai beaucoup de mal à quitter cet endroit, mais le fort mérite également la visite et le temps passe. Le chauffeur nous attend pour faire le trajet

Temple Srirangam Trichy

Le fort de Trichy dans la brume - Nikon D2x

17h10: Ascension du fort de Trichy. Contre toute attente elle commence dans une rue étroite car on attaque directement dans la roche en passant entre des marchands de barbe à papa de toutes les couleurs placés de chaque côté de l'entrée. Pas de chaussure à l'intérieur, les chaussettes sont autorisées. Un billet pour moi et un pour mon appareil photo. C'est de bonne guerre. Fin prêt pour la montée des 437 marches.

Le rocher est donc tout creux. En fait c'est un immense temple. Il y a plein d'escaliers et des salles de divinités. Très vite il faut choisir sa voie, celle des fidèles ou non. Comme toujours les parties les plus sacrées ne sont pas autorisées au non hindou.
Après deux cent marches c'est l'air libre et une vue magnifique sur la ville

Le fort de Trichy

Trichy vue du fort - Nikon D2x

L'escalier continue encastré dans le rocher. Après la première partie de l'ascension on arrive sur une plate-forme d'où l'on domine la ville. On y découvre aussi le but de la grimpette; un petit temple au toit doré. Ici le spectacle c'est aussi la foule qui se repose et attend le coucher du soleil. Je reprends ma marche et suis aussitôt interpellé pour faire des portraits.

Le fort de Trichy

La fin de la montée - Nikon D2x

Le fort de Trichy

La fin de la montée - Nikon D2x

Au sommet, évidemment, on profite d'une vue panoramique exceptionnelle sur la ville.

Le fort de Trichy

La fin de la montée - Nikon D2x

Le fort de Trichy

La fin de la montée - Nikon D2x

Le fort de Trichy

Vue plongeante en contre bas - Nikon D2x

Après avoir bien profité de la vue il est temps de redescendre il va bientôt faire nuit.

De retour à l'hôtel je fais quelques emplettes, je ne peux pas revenir les mains vides d'un tel voyage. A Chennai j'avais acheré un peu de soie ici j'ai envie de coussins brodés pou aller avec les petits tapis ramenés en 2000. Je trouve facilement mon bonheur et aussi deux nouveaux éléphants en bois peint. Dans la magasin un vendeur est aux prises avec une coréenne qui trouve qe tout est trop cher même après le "bon prix", la remise spéciale "ami" et le discount spécial. Moi je calcule et payerais volontiers le rpix demandé tant la somme est modique, mais il faut faire bonne mesure et il faut discuter un peu, c'est le jeu. Donc je demande le prix pour "un bon ami français". Calculette en main le vendeur fait l'addition 2500 INR, il appliqe une formule magique puis une autre et nous voici rendus à 1500 INR. Tout ça me semble bien correct. Marché conclu. Il emballe, je déplie mes billets, je n'ai pas de quoi payer! Je propose de retourner à l'hôtel - à 50 métres - chercher de l'argent. "Inutile! Combien as-tu?" me demande le vendeur. 1400 INR. Marché conclu! Sans doute le vrai prix était-il 1000 voire moins comme le subodore la dame coréenee, mais qu'importe. Finalement tout le monde est content.


22 janvier 2007

Sur la route de Dalmacity. Le voyage se termine bientôt.

7h00 du matin: Petit déjeuner trsè sage. Je ne suis pas trop fier, je ne mange que des toasts et une crêpe locale préparée à la demande de notre hôte. Je ne peux refuser mais je suis un peu inquiet, j'ai mal au ventre et une longue route m'attend.
7h45 nous voici repartis pour deux à trois heures de 4x4. De tout le voyage c'est ici quen le paysage est le plus vert. Partout aussi des villages bazar situés de part et d'autre de la route. On y trouve de tout, "video game" "hot-spot Wifi", "télé plates" et pourtant le boutiques ne sont que des cahutes faites de feuilles de palmier et de bois (brique de terre et boue séchée dans le nord) Il existe une autre sorte de village en Inde, le village d'habitations situé plus à l'écart des routes et c'est là que l'essentiel des marchandises va.

De retour sur la route. La situation ci-dessous n'est pas exceptionnelle ici, ils auraient aussi bien pu être trois! En fait chacun cherche une bout de route particable. A la vitesse où l'in roule les risque est limité. C'est très différent pour les piétons et les motocycliste.

dalmacity

Situation'normale' sur la route - Nikon D2x

dalmacity

Allons vendre ces noix de cocos - Nikon D2x


10h nous sommes à Dalmacity pour une dernière réunion de travail.
13h il est vraient temps de reprendre la route et de vivre la "Kingfischer Experience" en retourant à Bangalore. Serons nous à l'heure? Rien n'est moins sur mais comme l'avion pour Paris ne décolle qu'à 2h40 (demain matin) nous aurions eu le temps d'y aller par la route. Cinq heures de bonne route.
Escale à Bangalore et adieu à notre collègue indien.
18h: nous somme à l'aerport de Chennai ex-Madras. Maintenant il faut attendre. Heureusement une chambre nous attend au Méridien car les décollage pour Paris n'est prévu qu'à 2h40, en fait il aura une heure de retard.
Sitôt dans les airs je m'enroule dans une couverture incline mon siège et je dors jusqu'au petit déjeuner aux abords de l'Autriche.

A Paris il fait 3°C. Fin de l'équipée indienne.

dalmacity

Une dernière pour la route - Nikon S4